ENERGIES ECO SOLUTIONS, votre spécialiste en panneau solaire autoconsommation Annecy et Annemasse, Haute-Savoie (74). Confiez-nous votre projet de production d’électricité solaire !

Principes d’une installation et simulation de votre production d’électricité solaire

Lors de la production d’électricité solaire, plusieurs éléments sont indispensables. Chacun influe sur le rendement final et la pérennité de votre future installation de panneau solaire autoconsommation Annecy, Annemasse.

Les modules de votre panneau solaire

Ils sont un élément principal de l’installation. Ils se situent sur le toit de l’habitation. Les solutions en “intégration totale” se font de moins en moins. En effet, les assureurs ont tendance à ne plus vouloir garantir ce type d’installation à cause des dysfonctionnements de ce type d’équipement constatés ces précédentes années. Depuis un an ou deux, les réalisations en “surimposition” sont plus populaires, car plus performantes (ventilation sous les modules) et moins onéreuses.

Ils peuvent être également installés en façade, en verrière, sur une palissade de balcon ou au sol dans un jardin avec des bacs lestés.

Les cellules photovoltaïques absorbent une partie du spectre solaire et transforment l’énergie (les photons) en courant électrique continu.

Leur puissance est dépendante de la technologie de fabrication que l’on utilise. L’énergie restituée est également proportionnelle à l’intensité lumineuse ambiante.

L’onduleur, un élément clé de votre panneau solaire autoconsommation Annecy, Annemasse (74)

Il permet la transformation du courant continu qui provient des modules en courant alternatif avec la fréquence du réseau ENEDIS. Celui-ci doit être normalisé afin de ne pas perturber le réseau et obligatoirement se découpler de celui-ci en cas de coupure. Il doit répondre à des obligations normatives (VDE0126+A1). Sans cette norme, ENEDIS ne permettra pas la connexion de l’installation. Le modèle doit être correctement défini en fonction du type de module, de sa puissance mais aussi selon sa situation géographique. Car il contribue également à la performance du générateur photovoltaïque. L’onduleur, ainsi que les coffrets de protection, sont généralement installés dans un local technique, à proximité de l’arrivée électrique du bâtiment, afin d’éviter les “pertes en lignes” dans les câbles.

On retrouve des onduleurs centraux, des micro-onduleurs et des onduleurs avec optimiseur.

Qu’est-ce que l’autoconsommation ?

L’autoconsommation énergétique est la consommation d’une énergie que l’on produit chez soi pour son propre usage. Elle permet, entre autres, de réduire partiellement ou totalement sa facture d’électricité, de ne plus être dépendant d’un fournisseur électrique, tout en étant plus respectueux de l’environnement.

L’énergie solaire est aujourd’hui la source la plus accessible aux particuliers qui souhaitent répondre en auto-suffisance à leurs besoins quotidiens. En effet, quelques foyers ont déjà adopté ce nouveau mode de consommation. Ces installations sont soutenues par des aides de l’Etat, qui proposent plusieurs primes d’investissement.

Vous souhaitez savoir si votre logement est adapté à l’autoconsommation ? Notre équipe vient à votre rencontre pour réaliser une étude préalable à l’installation de panneaux solaires. Nous vous expliquerons alors en détail les avantages et les limites des différentes méthodes de production.

Quels sont les différents onduleurs ?

Onduleurs centraux : Les onduleurs centraux sont les moins chers. Ils gèrent tous les modules en même temps, sans distinguer les différentes caractéristiques électriques (Missmatch). Si un module est plus faible que les autres, ce sont les caractéristiques électriques de ce module qui “piloteront” l’onduleur. Cela entraine ainsi parfois des risques de perte de production. De même, en cas de présence de salissures ou de neige, le fonctionnement est moindre, voire interrompu. Le coût du SAV sur de telles installations en cas de dysfonctionnement des modules, est relativement coûteux, car la recherche de panne est lente et unitaire.

Micro-onduleurs : Les micro-onduleurs sont des boîtiers électroniques qu’on place sous chaque module, qui permettent leur gestion individuelle. Intéressants en cas de gros “ombrages portés”, ils sont cependant sans intérêt en son absence. Attention à l’ “écrêtage des tensions”, surtout dans nos régions. Ils s’adaptent à une puissance précise de module.

Onduleurs avec optimiseurs : Les onduleurs avec optimiseurs combinent les deux systèmes précédents, sans leurs inconvénients. Dans ce modèle, un onduleur central communique avec des boîtiers avec peu d’électronique, qu’on positionne sous les modules et qui permettent leur gestion individuelle. En cas de problème sur un module, seul le module concerné aura une limitation de production. Le reste de l’installation fonctionnera avec un rendement maximum. Hormis en cas d’ombrage, leur utilisation permet un gain de 3% de production. L‘intégration d’une télésurveillance gratuite permet d’identifier très rapidement un défaut et d’intervenir de manière “chirurgicale” sur l’installation, diminuant ainsi les frais de SAV.

Les éléments de sécurité obligatoires :

Les réglementations (C 15-712) définissent les obligations d’installation d’appareils de sécurité. On retrouvera un coffret DC (entre les modules et l’onduleur) équipé d’un organe de sectionnement, un coffret AC (entre l’onduleur et le compteur ENEDIS ou le tableau électrique) équipé d’un disjoncteur différentiel et de parafoudres. Tous les éléments électriques, ainsi que les modules en toiture, doivent être reliés à la Terre de l’habitation. Il faut donc que ses valeurs soient conformes aux règles prescrites dans les Normes électriques ( C15-100).

Pour plus de sécurité, autant pour les petites installations que pour les générateurs de forte puissance, il sera préférable d’opter pour des systèmes qui intègre une Sécurité Pompiers. Celle-ci est déjà existante sur les Optimiseurs de puissance type Solaredge. Pour information, aucune assurance n’oblige à intégrer de tels systèmes, même si des commerciaux peu scrupuleux l’annoncent aux propriétaires d’installation.

Les éléments optionnels de contrôle de votre panneau solaire autoconsommation :

Pour les propriétaires impliqués et désireux d’avoir les yeux rivés sur la production photovoltaïque ou pour ceux qui font installer un générateur sur une habitation, un bâtiment loin de leur domicile, l’installateur peut proposer un système de télésurveillance. L’installation est connectée en permanence à internet, sur un Portail Photovoltaïque dédié. Le propriétaire peut ainsi consulter à tout moment sa production. Il reçoit une alerte en cas de dysfonctionnement, par email. A des fins de meilleure analyse, il est possible de coupler le système de surveillance à un capteur de rayonnement et à une sonde de température.

Certains onduleurs sont déjà pré-équipés de tels systèmes de télésurveillance. L’avantage est que votre installateur peut suivre à distance votre production et également vous alerter en cas de dysfonctionnement. Il peut nécessiter la souscription d’un contrat de maintenance.

Il semble important d’avoir cet équipement afin de garantir l’exploitation de l’installation et son retour sur investissement car il évite d’avoir des temps d’arrêt important.

La domotique photovoltaïque : Attention aux vendeurs de rêve qui vont vous annoncer une diminution de votre facture d’électricité de 80% en ajoutant simplement des prises connectées. Des systèmes existent pour consommer son énergie de manière intelligente, mais l’autonomie n’est pas encore d’actualité.

La panoplie EDF Photovoltaïque Annecy, Annemasse (74)

Dans le cas d’une revente de la totalité de la production, elle se constitue d’un disjoncteur sur lequel on raccorde le générateur photovoltaïque, d’un compteur de production qui enregistre la quantité d’électricité (en kWh) qu’on réinjecte sur le réseau et d’un compteur de non-consommation qui enregistre les consommations des appareillages photovoltaïques en veille (consommation très faible, inférieure à 1KWh par an). Les dimensions de cet emplacement se situant à proximité de l’arrivée d’électricité dans l’habitation devra être de 80cm x 80cm (demande ENEDIS).

Dans le cas d’une revente du surplus avec autoconsommation, l’installation photovoltaïque se branche sur le tableau électrique de l’habitation. ENEDIS remplacera simplement l’ancien compteur pour avoir un double enregistrement (vente surplus / consommation). ENEDIS opte pour la mise en place du nouveau LINKY. Attention, certaines régies d’électricité préfèrent opter pour la mise en place d’un compteur traditionnel, dont le coût est plus important.

Autoconsommation ou revente de la production de votre panneau solaire ?

ERDF propose 2 possibilités de raccordement (le choix devant se faire lors de la demande de raccordement) :

  • La revente totale de toute la production photovoltaïque avec un contrat de vente sur 20 ans.
  • La revente du surplus : le client consomme une partie de sa production dans la limite de la puissance instantanée de son générateur et des besoins énergétiques de son habitation. Il revend l’excédent de production dont il n’a pas besoin. Elle s’organise toujours avec un contrat de revente sur 20 ans. Mais vous êtes libre de la consommation de votre production.
  • L’autoconsommation seule, avec l’obligation de consommer toute sa production et de ne pas renvoyer d’énergie sur le réseau. Dans ce cas, on installe seulement quelques modules pour répondre à un besoin énergétique très faible.

L’évolution du marché montre que depuis deux ans, 90% des producteurs actuels optent pour la solution de revente du surplus. L’intérêt d’une telle installation étant de permettre la diminution de sa facture d’électricité et d’avoir tout de même un revenu complémentaire.