Profitez de l’étiquetage européen obligatoire « label énergie » qui doit obligatoirement être apposé sur tous les appareils à la vente (froid ménager, lave-linge, sèche-linge…) et indiqué sur les catalogues de vente par correspondance.

Les appareils sont étiquetés de la lettre « A » (pour les meilleurs, les plus économes en énergie) à la lettre « G » (pour les plus mauvais).

Achetez toujours des appareils de classe énergétique « A » ou « A+ ».

Mais comparez toujours les consommations électriques : ce n’est pas parce que vous achetez un appareil A++ que vous ferez obligatoirement des économies sur votre facture d’électricité. Soyez vigilant.

Vérifiez également la consommation en veille. Parfois certains appareils sont des gros consommateurs !

Et pour éviter les sur consommations de veille, n’hésitez pas à éteindre complètement les appareils.

Certes, les appareils étiquetés « A » ou « A+ » sont plus chers à l’achat, mais les économies réalisées sur les consommations d’électricité (et d’eau) sur toute leur durée de vie compensent le surcoût d’acquisition.

En outre, les appareils peu consommateurs sont souvent des appareils de haut de gamme, en général plus silencieux, plus efficaces, qui comportent le plus de programmes, etc.

Faire des économies d’électricité sur vos différents appareils

Réfrigérateurs, congélateurs

  • Les appareils modernes de Classe A consomment jusqu’à 3 fois moins que les appareils de plus de dix ans.
  • Evitez les appareils combinés (réfrigérateur + congélateur), sauf s’ils ont deux compresseurs séparés.
  • Evitez d’encastrer le réfrigérateur dans un meuble de cuisine. La circulation d’air est grandement freinée ce qui limite l’échange thermique et fait tourner beaucoup plus le compresseur.
  • Bannissez les réfrigérateurs « Américains » qui consomment deux fois plus !
  • Vérifiez la température intérieure de votre congélateur souvent trop froide (-18° suffisent) et celle de votre réfrigérateur, souvent trop chaude (+ 5° recommandés).
  • Ne positionnez pas votre réfrigérateur à côté de votre table de cuisson.
  • Dégivrez ces appareils dès qu’apparaît une couche de givre et nettoyez les grilles d’échange placées à l’arrière de ces appareils. 3 mm de givre font consommer 30 % d’énergie en plus.

Appareils de cuisson

La cuisson représente en moyenne 14 % de la consommation totale d’électricité (hors chauffage et eau chaude) des logements, soit près de 600 kWh/an.

  • Les tables de cuisson à induction consomment moins lors de la cuisson, mais elles présentent une consommation de veille importante (de 8 à 18 Watts) qui représente un tiers de leur consommation annuelle.
  • Privilégiez donc les tables vitrocéramiques ou en fonte (ou à gaz si vous disposez du gaz naturel).
  • Inutile de choisir une plaque à gaz si vous devez utiliser du gaz en bouteilles. Cela revient plus cher que l’électricité.
  • Pour vos plaques électriques, utilisez des casseroles métalliques à fond surfacé (usiné et parfaitement plat),
  • A chaque fois que cela est possible, couvez les casseroles lors de la cuisson.
  • Les mini-fours consomment 30% d’électricité en moins que les grands fours.

En faisant quelques accros à la beauté de votre cuisine intégrée, vous ferez des économies d’électricité : mini four au lieu du grand et beau four intégré (consomme moins en marche, et pas de conso de veille), réfrigérateur non intégré (sauf ajout d’une ventilation d’air à l’arrière).

Lave-linge, sèche-linge

  • Pour une famille de 3 personnes ou plus, choisissez une machine à laver de grande capacité (6 kg) qui permettra d’espacer les lessives,
  • Optez pour une machine à essorage rapide (1000 tours/min au minimum), surtout si vous utilisez un sèche-linge.
  • N’achetez un sèche-linge que si vous ne pouvez vraiment pas faire autrement : c’est un appareil qui économise du temps, mais qui consomme en moyenne trois fois plus qu’un lave-linge !

Optez impérativement pour les appareils à contrôle électronique qui arrêtent automatiquement le cycle dès que le linge est sec.

Le surcoût est rentabilisé dans l’année.

Attention aux veilles

Les appareils en veille consomment même si l’on ne s’en sert pas ! (de 5 à 15 Watts, soit de l’ordre de 0.1 centime d’Euro par heure).

Elles font le bonheur de votre producteur d’électricité !

En éteignant toutes vos veilles, vous gagnez un mois d’abonnement gratuit par an sur l’abonnement de votre chaîne cryptée.

La veille d’un appareil ménager peut s’apparenter à une fuite d’eau d’un appareil sanitaire.

Pour calculer le coût annuel en euro de la veille de ces appareils, divisez par dix leur consommation annuelle.

Eclairage

Les ampoules à incandescence

Avantage : ces ampoules sont bon marché, disponibles dans un grand choix de dimensions, de formes et de puissances.

Inconvénient : leur rendement est très faible, car ces ampoules fournissent 85 % de chaleur et seulement 15 % de lumière.

Les ampoules halogènes

Ce sont également des ampoules à incandescence dans lesquelles le gaz utilisé appartient à la famille des halogènes. On distingue :

Les lampes « crayon » de puissances s’échelonnant de 150 à 500W, elles sont utilisées dans des projecteurs ou lampes à éclairage indirect.

Avantage : elles permettent d’obtenir des fortes puissances dans des encombrements réduits.

Inconvénient : du fait de leur puissance, ces lampes sont généralement utilisées en éclairage indirect. De ce fait, leur rendement devient inférieur à 7 % même si votre pièce est peinte en blanc.

Les ampoules à réflecteur intégré de faible puissance (20 à 50W), sont disponibles en basse tension et en 230V.

Avantage : éclairage ponctuel, lumière agréable,

Inconvénient : rendement faible, surtout dans le cas des lampes 230V. Préférez les luminaires à transformateur intégré et lampes basse tension (12V).

Les ampoules fluorescentes : depuis fort longtemps existent les tubes fluorescents, improprement appelés « néons ».

Depuis leur création, diverses améliorations ont été apportées à ces lampes : en particulier leur couleur qui est passée du blanc blafard à une lumière naturelle et plus récemment grâce à l’électronique, la miniaturisions de ces lampes qui peuvent maintenant se loger dans la plupart des luminaires. On parle de lampes à économie d’énergie.

Avantage : leur rendement est 5 fois meilleur que celui des lampes à incandescence (consomme 5 fois moins à éclairage égal), et leur durée de vie 5 fois plus grande ;

Inconvénient : durée d’allumage plus longue (il faut de 1 à 2 minutes pour obtenir la luminosité maximale), encombrement supérieur.

Leur prix demeure plus élevé (à partir de 5 euros), mais elles vont vous faire économiser 70 Euros sur leur durée de vie, soit l’équivalent d’un placement financier de 30% / an !

Les ampoules à vapeur de mercure et de sodium

Ces lampes se caractérisent par un excellent rendement, mais leur durée d’allumage très longue (5 minutes) et surtout leur couleur de lumière les rend impropres à une utilisation en intérieur.

Les lampes à vapeur de sodium, utilisées dans les éclairages publics, émettent une lumière orangée.

Les ampoules LED

On trouve depuis peu sur le marché des ampoules à LED « super-lumineuses » : constituées de plusieurs LED rassemblées, elles offrent un rendement bien supérieur à celle d’une ampoule à incandescence, et une consommation de l’ordre de 1 Watt par ampoule !

Et elles ont de plus une durée de vie quasi-illimitée (en moyenne 100 000 heures, soit plus de onze ans de fonctionnement).

Nos conseils

Supprimez les éclairages indirects à halogène.

Utilisez efficacement les lampes à économies d’énergie :

  • dans vos pièces de séjour, placez des lampes à abat-jour clair munies des lampes à économies d’énergie d’une puissance de 20 à 25 W (éclairage comme une ampoule standard de 100 à 130 W). En plaçant une telle lampe par surface de 15 m2, vous obtiendrez un bon éclairage de fond.

Complétez par des éclairages ponctuels halogènes basse tension au niveau des zones de lecture, repas et pour mettre en valeur vos bibelots, tableaux…

  • utilisez de préférence les lampes à économie d’énergie dans toutes les autres pièces, mais pas dans celles où vous ne séjournez pas (couloirs, toilettes…) car elles mettent un « certain temps » pour s’allumer !
  • dans les luminaires placés si haut que le changement d’ampoule devient périlleux, les lampes à économie d’énergie sont avantageuses de par leur grande durée de vie.

Et si votre porte-monnaie vous le permet, investissez dans des ampoules à LED !

Et surtout pensez à éteindre les pièces quand vous les quittez !

Abonnement

Comparez les différents abonnements. Il s’agira pour vous de faire le meilleur compromis (type d’abonnement – mode de consommation) pour que le coût global de votre facture abonnement + consommation soit le plus bas possible.

La puissance souscrite

Le prix de l’abonnement dépend principalement de la puissance maximale que vous pourrez consommer à un instant donné. Si vous dépassez cette puissance, le disjoncteur se déclenche et vous coupe le courant dans tout votre logement.

Il est également possible, notamment si vous disposez d’un chauffage électrique, de faire installer un délesteur qui permettra d’éteindre temporairement un ou plusieurs appareils (convecteur…) pour éviter de faire sauter le disjoncteur en cas d’allumage simultané d’un trop grand nombre d’appareils ménagers.

Conclusion

Pour déterminer la puissance souscrite convenant le mieux à vos besoins, contactez EDF-GDF Services.