Économie d’énergie citerne à eau Rhône-Alpes

Économie d'énergie citerne à eau Rhône-Alpes

Rien de plus simple. Comme illustré ci-dessus, il suffit de relier le tuyau d’évacuation à un Té sur lequel on branchera un tuyau vertical formant trop-plein (1). Pour permettre une vidange de la cuve, l’autre extrémité du Té (2) sera obturée par un bouchon dévissable. Les tuyaux sont généralement en PVC de diamètre 100 mm.

Dans le cas général, la pente ne permet pas de compenser la hauteur de la cuve. Le tuyau d’évacuation pourra parfaitement remonter à condition que son niveau ne dépasse pas le haut du trop-plein.

Par contre, pour obtenir des volumes plus élevés, il faut mettre en série plusieurs cuves ce qui nécessite d’avoir un terrain de surface suffisante et avec au moins une légère pente. La pompe principale sera placée dans l’une de ces cuves et en cas de « panne sèche », il vous faudra transvaser l’eau depuis l’autre citerne à l’aide d’une pompe de jardin par exemple.

Est-ce que la cuve va se remplir vite ?

Consultez les données météorologiques pour connaître les précipitations moyennes sur votre région. Un tableau des moyennes mensuelles sur les trente dernières années pour les principales villes de France est donné dans le Quid. Des données des cinq dernières années sont disponibles sur meteofrance.com.

Pour un toit d’une surface de 100m², une précipitation de 10mm (soit 0,01m) va remplir votre cuve de 0,01×100 = 1 m3.

Toujours pour un toit de 100m², une moyenne mensuelle de 55 mm de précipitations doit permettre de couvrir la quasi-totalité de vos besoins si vos WC et machine à laver sont relativement économes.

Est-ce que la plomberie est difficile à réaliser ?

La photo ci-dessous présente l’installation principale. De gauche à droite : réservoir à vessie (réserve de pression pour éviter que la pompe ne se mette en marche trop souvent), contacteur manométrique, filtre à cartouche, compteur d’eau (optionnel).

Pour l’alimentation des WC et de la machine à laver, il s’agit de pouvoir basculer sur le réseau d’eau de ville si la cuve est vide par exemple.

La Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale impose de prévenir la pollution accidentelle du réseau public par retour d’eau

Faut-il utiliser l’eau de pluie pour un usage sanitaire ?

• le point de vue d’ingénieurs d’une Direction Départementale d’Action Sanitaire et Sociale (DDASS) :

L’utilisation des eaux pluviales dans l’habitat présente certains risques sanitaires liés à la contamination microbiologique. Elle dépend des souillures du toit par des déjections animales, du stockage dans des citernes dans l’attente de réutilisation

La qualité physico-chimique dépend de l’environnement, de la qualité de l’air, du climat et la nature de la toiture. L’eau de pluie récupérée peut ainsi contenir des métaux (cuivre, zinc, plomb) voire des pesticides.

La maîtrise des risques sanitaires exige que la réutilisation des eaux pluviales soit réservée à certains usages : alimentation en eau des chasses d’eau, arrosage des espaces vert, lavage du linge.

• le point de vue la DGS (Direction Générale de la Santé) : « dans le cas de cuves béton, utilisez des cuves revêtues pour éviter le risque de développement microbien ».

• le point de vue du chercheur Joseph Orszagh (eautarcie.com) :
L’analyse chimique montre que les qualités physico-chimiques de l’eau de pluie sont cependant de loin supérieures à celles de la plupart des eaux captées dans les sous-sols ou dans les rivières

L’eau d’une citerne bien gérée est bien moins dangereuse pour la santé que celle de la Mer du Nord ou de n’importe quelle eau naturelle de baignade.
Vouloir vivre dans un milieu aseptisé, désinfecté, vouloir consommer des aliments stérilisés

Conclusion

La mise en place d’une citerne à eau de pluie présente des avantages certains par rapport au percement d’un puit, notamment en ce qui concerne la qualité de l’eau obtenue. Dans la mesure où une telle cuve soit être enterrée, il est conseillé pour minimiser l’investissement de faire cette installation lors de la construction d’une maison ou lors d’aménagements lourds nécessitant déjà la venue d’un terrassier.

Attention, vous allez prendre goût à l’eau de pluie ! De ce fait, n’investissez pas dans des citernes de moins de 3 m3, vous allez rapidement regretter leur trop petite taille. Les cuves moyennes les moins chères sont obtenues en utilisant des fosses toutes eaux ou des fosses septiques en béton. Leurs volumes d’environ 4000 litres sont bien adaptés à un usage tout au long de l’année comme la machine à laver ou les WC.

Si vous êtes mécontent de la qualité de l’eau distribuée dans votre commune, n’hésitez pas à franchir le pas : passez totalement à l’eau de pluie pour toute la maison. Contrairement à certaines idées reçues, il n’y a aucun risque et cela simplifie les travaux de plomberie.